La cuisine, seul segment en croissance en 2018

11 Juin 2020
La cuisine, seul segment en croissance en 2018

Le constat est simple pour l’année 2018 en ce qui concerne les performances des segments de produits sur le marché. Seule la cuisine enregistre une progression de ses ventes.

Si la literie parvient de son côté à maintenir son activité, les autres segments affichent pour leur part des reculs de performances assez marqués, notamment en ce qui concerne le meuble meublant et le rembourré.

La cuisine enregistre, comme en 2017, la meilleure performance du marché (+1,1%). On notera toutefois que la croissance se ralentit sur le segment comparé aux deux derniers exercices (+3,7% en 2016 et +4,0% en 2017). Le marché parvient néanmoins progressivement à se soustraire de sa dépendance des mises en chantier de logements neufs. En effet, la chute de ces dernières en 2018 n’aura pas empêché le segment de progresser même si la croissance est à mettre principalement au crédit des spécialistes cuisine, la grande distribution se montrant plus en retrait sur le segment sur l’ensemble de l’exercice malgré de belles performances de certaines enseignes.

Comme en 2017 également, on retrouve la literie derrière la cuisine. Le segment parvient tout juste à maintenir ses ventes et affiche aussi un ralentissement de sa croissance sur les derniers exercices. Ainsi, après avoir progressé de 5,5% en 2016 puis de 3,0% en 2017, il demeure étal en 2018. Rien de surprenant toutefois à ce que ce marché se tende lorsque la conjoncture est un peu moins favorable après avoir affiché une croissance quasiment ininterrompue pendant plus de 15 ans. Si au cours de l’exercice 2017 les enseignes de la grande distribution ameublement avaient repris la main sur les spécialistes en termes de croissance, en 2018, le rapport de force s’est à nouveau inversé et les spécialistes literie enregistrent les meilleures performances malgré un ralentissement du nombre de leurs ouvertures de magasins. Les opérations promotionnelles se seront encore multipliées chez les acteurs de la grande distribution ameublement, ce qui peut expliquer ce déficit de résultat en valeur. Le circuit reste toutefois largement leader sur ce marché en termes de chiffre d’affaires réalisé.

Sans surprise, les meubles de salle de bains affichent un recul de leurs ventes assez marqué sur l’exercice qui vient de s’écouler (-3,9%). Le segment a toujours été le plus dépendant du rythme des mises en chantier de logements neufs. Le ralentissement observé dans l’immobilier se répercute donc sur les ventes de mobilier pour cette pièce de la maison. On notera également que le recul d’activité des grandes surfaces de bricolage ces derniers mois n’est pas sans conséquence pour ce segment du meuble. Le succès des rayons bricolage constituait, ces dernières années, une forte source de trafic pour les rayons mobilier, faisant des magasins de bricolage un des acteurs majeurs du marché de la salle de bains.

Le meuble de jardin voit ses ventes reculer de plus de 4% en 2018. Le segment demeure extrêmement dépendant de la météo et cette année des températures encore fraiches et un temps peu clément en mars, ainsi qu’un déficit d’ensoleillement dans le sud durant tout le printemps, auront retardé le lancement de la saison. Malgré un été qui aura joué les prolongations en septembre, le segment n’aura pas réussi à se remettre d’un début de saison difficile.

Après trois années de progression de son activité, le retour à la réalité est difficile pour le segment du meuble rembourré (canapés, fauteuils, banquettes) qui voit ses ventes chuter lourdement sur l’ensemble de l’année 2018 (-4,7% contre +1,5% en 2016 et +2,3% en 2017). Comme tous les ans maintenant, les performances de la banquette sont encore plus en retrait que celles du canapé et du fauteuil. Le canapé convertible premier prix continue d’attaquer fortement le marché de la banquette qui lui cède encore des parts de marché. Le segment du meuble rembourré aura également été victime en 2018 des fortes chutes de fréquentation

des enseignes de l’ameublement milieu, haut de gamme et spécialistes salon qui restent des acteurs importants de ce marché.

C’est le meuble meublant qui enregistre la plus forte chute de son activité au cours de l’année 2018. Le segment demeure le premier marché du secteur en valeur… mais pour combien de temps encore ? En 2018, il passe pour la première fois sous la barre des trois milliards d’euros et l’écart entre le marché du meuble meublant et celui du meuble de cuisine se resserre. Le meuble meublant constitue, avec le rembourré, le marché principal des enseignes de l’ameublement milieu haut de gamme et leurs difficultés de l’année se répercutent fortement sur les résultats du segment. Les résultats sont également contrastés en ce qui concerne la grande distribution, si certaines enseignes parviennent à faire progresser leurs ventes, d’autres rencontrent beaucoup de difficultés sur ce rayon.